finance

Vouant un intérêt particulier aux questions économiques depuis mes études et une expérience professionnelle dans le monde de la finance, je suis de près les dossiers économiques et financiers au sein de la commission des finances du Sénat. Je m’intéresse ainsi à la gouvernance économique européenne et mondiale, à la régulation bancaire et financière, au commerce extérieur, aux exportations et aux investissements français à l’étranger. Par ailleurs, je milite activement pour l’introduction de l’action de groupe en droit français.

Vous trouverez ici mes interventions dans le domaine de l’économie et des finances.

Le 28 juin, j’ai participé, dans le cadre de la commission des finances du Sénat, à l’audition de Pascal SAINT-AMANS, directeur du Centre de politique et d’administration fiscales de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), sur la convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (« Instrument multilatéral »).

Il y a cinq ans éclatait le scandale de la manipulation du Libor. D’apparence barbare, cet acronyme anglais désigne le taux interbancaire offert à Londres, c’est-à-dire le taux d'intérêt moyen auquel un certain nombre de banques acceptent de s'accorder mutuellement des prêts sur le marché financier londonien. Calculé pour plusieurs échéances et devises différentes, il est utilisé comme indice de référence pour une multitude de produits financiers qui alimentent in fine l’économie réelle (prêts immobiliers, prêts à la consommation, etc.).