Contactez-moi

Sénateur Richard Yung

Palais du Luxembourg
15, rue de Vaugirard,
75291 PARIS Cedex 06

Tél: +33 1 42 34 34 07
Fax: + 33 1 40 51 06 15

r.yung@senat.fr

 

mentions légales

PDFImprimerEnvoyer

Expatriation: les pays préférés des Français

En deux ans, le nombre d'expatriés français a augmenté de 4,14%. La Suisse est encore le pays qui connaît le plus de succès auprès des Français établis hors de France. En revanche, c'est au Mali que leur présence a le plus augmenté.

Selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères, le nombre d'expatriés français a encore augmenté de 2% en 2015 par rapport à l'année précédente pour atteindre 1,7 millions de personnes, soit une hausse de 4,14% sur deux ans. Ce chiffre concerne plus précisément le nombre de Français inscrits sur des listes consulaires à l'étranger qui ne correspond pas à l'exact réalité puisque l'immatriculation auprès du consulat est facultative. Des disparités notables sont à noter d'après ces chiffres: au Congo, Mali et Algérie le nombre d'expatriés français aurait bondi en 2015 par rapport à 2014 avec des augmentations respectives de 19%, 14% et 12%. La population de Français en Suisse, pays où ils sont les plus nombreux, a progressé de 5% pour atteindre 175.700 personnes. De même, au Canada, les Français étaient en 2015 quelque 92.116 (+6%). En revanche, le nombre d'expatriés en Espagne et en Italie aurait reculé en 2015, toujours d'après les chiffres du ministère des Affaires étrangères.

«Il faut manier ces données avec précaution dans la mesure où elles varient en raison de l'augmentation d'inscriptions sur les listes consulaires et non pas simplement en raison de la hausse du nombre d'expatriés», modère Hervé Heyraud, président fondateur des éditions du Petit Journal, le quotidien de référence des Français de l'étranger. «L'augmentation d'expatriés français sur les listes consulaires de tous les pays de la zone sahélienne est directement liée à des questions de sécurité. Les Français préviennent qu'ils sont là», indique Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l'OCDE. C'est à l'occasion d'une naissance ou d'élections que l'on voit également les inscriptions d'expatriés s'accélérer.

Quoiqu'il en soit, on observe depuis plusieurs années que les départs vers l'étranger des personnes nées en France sont en hausse.

Les dernières données de l'Insee, montrent qu'entre 2006 et 2013, le nombre de personnes nées en France partant pour l'étranger a progressé de 5,2% par an en moyenne. En 2013, près de 197.000 personnes nées en France ont quitté le territoire, soit 59.000 de plus qu'au cours de l'année 2006. Parallèlement, les retours des personnes nées en France sont stables, autour de 78.000 personnes. De ce fait, le solde migratoire des personnes nées en France est passé de - 60.000 à - 120.000. «Il n'y a pas matière à s'inquiéter outre mesure pour le moment mais il est intéressant d'y porter une attention particulière. Il faudrait s'alerter si l'on voyait une grave diminution du taux de retour ou un allongement de la durée moyenne de séjour ou encore une augmentation des naturalisations des Français à l'étranger», commente Jean-Christophe Dumont.

Phénomène de globalisation ou de fuite

Pour comprendre ces flux, et donc les maîtriser, il faut donc connaître ce qui pousse les Français à s'expatrier: «participation à la globalisation ou phénomène de fuite», interroge le démographe. D'après l'Insee, en 2013, 80 % des départs à l'étranger de personnes nées en France ont concerné des personnes entre 18 et 29 ans, âges d'études ou de début d'activité. «On est dans un processus de globalisation du marché du travail et des études. Les employeurs donnent la priorité aux candidats maîtrisant les langues étrangères et qui possèdent également une expérience à l'international. La difficulté aurait été d'observer un phénomène contraire», estime Jean-Christophe Dumont. Mais selon une étude sur les Français à l'étranger réalisée par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris et parue en mars 2014, chômage et morosité poussent également les jeunes au départ à l'étranger. Côté fiscalité, même si quelques centaines de personnes seulement fuient effectivement un taux d'imposition trop élevé, ces départs engendrent de grosses pertes de revenus pour l'État français.

Aujourd'hui, le nombre d'expatriés français est estimé à environ 2 millions. L'immatriculation au consulat étant facultative, il n'existe pas de chiffres réels mais uniquement des estimations. D'ici les présidentielles de 2017, les chiffres seront affinés. L'inscription sur les listes consulaires sera prochainement possible en ligne, ce qui précisera les chiffres. «Connaître les expatriés permettrait de mieux répondre à leurs besoins et maintenir le lien avec eux. Et puis, il y a un véritable enjeu de rayonnement de la culture française à l'étranger. Chaque expatrié est un ambassadeur», estime Hervé Heyraud.

Marie Théobald
lefigaro.fr (16/03/16)

Commentaires  

 
#1 SUKHO 21-03-2016 14:26
Merci Richard d'avoir intervenu sur ce sujet sous tendu bien sur par un "gap" de concitoyens non immatriculés pour des raisons portant connues. Reste juste à agir! Cette augmentation du nombre de Français et de la communauté française, composée principalement de bi-nationaux, dans un Pays appartenant au G5 Sahel démontre le dynamisme des français sur place , qui ont soif de vivre "normalement" dans un Pays aussi beau et aussi chaud.

Cela dit je souhaité signaler une "non conformité du texte"

Il est affirmé 2 choses:
1/"En revanche, c'est au Mali que leur présence a le plus augmenté."

2"Selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères, le nombre d'expatriés français a encore augmenté de 2% en 2015 par rapport à l'année précédente pour atteindre 1,7 millions de personnes, soit une hausse de 4,14% sur deux ans. Ce chiffre concerne plus précisément le nombre de Français inscrits sur des listes consulaires à l'étranger qui ne correspond pas à l'exact réalité puisque l'immatriculation auprès du consulat est facultative. Des disparités notables sont à noter d'après ces chiffres: au Congo, Mali et Algérie le nombre d'expatriés français aurait bondi en 2015 par rapport à 2014 avec des augmentations respectives de 19%, 14% et 12%

dans ce cas c'est le Congo qui a 19 % d'augmentation devant le Mali 14% ou est une erreur a corriger (l'inverse?)?
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
#2 THIOLLIER 21-03-2016 18:41
Il me semblait que le nombre d'expatriés vers le Portugal, surtout retraités, étaient aussi en très nette augmentation.
Auriez-vous des chiffres sur ce sujet ?
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
#3 Collin 22-03-2016 12:22
La France a une fiscalité hautement dissuasive. Il est donc normal que les citoyens instruits ou aisés aillent voir ailleurs !
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
#4 Richard Yung 22-03-2016 14:24
Pour répondre à Guy Sukho, il y a effectivement une erreur dans l'article du Figaro. Ce devrait donc bien être "Mali, Congo et Algérie.
Pour répondre à M. Thiollier, l'augmentation de la population française au Portugal ne fut que de 1% entre 2014 et 2015, et il y avait en fait moins de Français au Portugal en 2015 qu'en 2013.
Tous les chiffres pays par pays sont à cette adresse:
https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/chiffres-du-registre-des-francais-etablis-hors-de-france-pour-lannee-2015/
Citer | Signaler à l’administrateur