éducation

À l’étranger, la communauté française se retrouve autour de deux centres de gravité : l’éducation et la culture. L’école où vont leurs enfants est, en effet, un lieu de rencontre privilégié des Français expatriés. Je m’intéresse ainsi à l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, au programme FLAM et à la Mission laïque française. De même, les Français de l’étranger se retrouvent autour des différentes actions culturelles organisées par les instituts, les centres culturels français et les services de coopération et d’action culturelle.

Vous trouverez ici mon activité sur ces sujets.

Moins 50% sur ses indemnités dès le premier jour d’arrêt maladie, et rapatriement au bout de six mois pour les expatriés avec l’annulation du contrat de l’AEFE (Assemblée pour l’Enseignement Français à l’Etranger). Ce sont les conditions auxquelles sont soumis les personnels des établissements d’enseignement français à l’étranger.

Lors d’une récente visite à Bamako, Marie Hélène Beye m’avait fait visiter le centre Sabatisso qui forme des jeunes maliens et franco-maliens aux métiers du textile (pour les filles) et du bâtiment (pour les garçons). J’ai fait la connaissance de Sissoko Djénéba Damba, jeune femme dynamique et fondatrice du centre. Elle m’envoie des photos de l’internat qui vient d’être construit avec les dons que nous avons pu faire parvenir. Quelques donations supplémentaires sont espérées pour acheter le mobilier (lits, tables, chaises) et terminer les travaux.

Le 18 mars, j’ai rencontré MM Yves de la Messuzière et Jean-Christophe Deberre, respectivement Président et Directeur général de la MLF. Cette association reconnue d’utilité publique gère des établissements d’enseignement français à travers le monde, et en particulier tout autour de la Méditerranée pour le compte des parents ou d’entreprises. Elle n’est pas subventionnée et fonctionne donc en coûts réels. Elle gère une centaine environ d’écoles et lycées à travers le monde (voir son site).