1 décembre 2021

Lilliput (Jonathan Swift, revisité par François Hollande)

Dans son dernier livre « Affronter », François Hollande qualifie tous les hommes et femmes politiques de gauche de personnages « lilliputiens », habitants de 3 pouces de haut, d’une île perdue dans le Pacifique.

Ce n’est pas très gentil car, par-là, il veut dire que ce sont des nains en ce qui concerne leur action et leurs idées politiques. Sont visés Mélenchon, Montebourg, Jadot, Hidalgo, … Comme il réserve des coups encore plus rudes à Emmanuel Macron (« défaut de cohérence, absence de doctrine, … »), il ne reste plus grand monde pour incarner la gauche, la social-démocratie et le centre. Sauf peut-être un qui n’est pas candidat (non, ce n’est pas Zemmour).

Vous avez deviné, François Hollande lui-même ! Cela transparaît en filigrane, non seulement dans les portraits au vitriol qu’il fait de chacune et chacun, mais aussi dans ses propositions (supprimer le poste de premier ministre, mettre en place une planification pour l’économie et le budget, développer un New Deal à la Française, …).

Tout cela n’est pas très sérieux et sent la chausse-trape pour Anne Hidalgo qui serait « exfiltrée » en douceur (ou pas) en fin d’année. J’ai connu François Hollande : un homme d’une finesse et d’une intelligence remarquables, ayant une connaissance intime de la politique française et européenne mais ayant peu de caractère et de volonté, toujours plongé dans des « combinazioni » dignes de la Cour des Farnèse, dont nous venons de voir un exemple. Quel gâchis pour tout le monde !

Richard Yung

Image: couverture du livre, éditions Stock

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →