7 décembre 2021

Merci Monsieur Poutine

Monsieur Poutine a imaginé ces derniers mois une nouvelle tactique pour créer des difficultés à l’Europe. Avec l’aide de ses amis Messieurs Erdogan et Loukachenko, il organise des transferts massifs, jusqu’à 4000 par mois, de réfugiés d’Irak, de Syrie, du Yémen et d’autres pays dans lesquels les peuples vivent dans la terreur.

La Turquie puis la Biélorussie facilitent, voire organisent le voyage de ces réfugiés à travers leur territoire et leur permettent de passer leurs frontières sans difficultés. L’idée est de les amener à la frontière polonaise qui est aussi celle de l’Union européenne. Ils ont du reste procédé de même avec les pays baltes.

La Pologne n’est pas prête à la fois économiquement et socialement à accueillir et encore moins à intégrer ces réfugiés musulmans. Beaucoup d’entre eux sont attirés par l’Allemagne et traversent donc la Pologne à pied (5 à 7 jours) pour arriver sur la frontière (le fleuve Oder).

L’Allemagne et tous les pays de l’Union se trouvent donc confrontés avec cet afflux massif de réfugiés, d’autant que notre philosophie et notre politique est de leur offrir un accueil convenable.

Cette situation deviendra difficile à gérer avec l’augmentation du nombre de réfugiés (aujourd’hui 50.000, demain 100.000, voire plus) et rend encore plus nécessaire la définition d’une politique commune de l’asile.

Pendant ce temps-là, Monsieur Poutine se frotte les mains. Je comprends la nécessité de discuter avec la Russie, mais vraiment des politiques de ce genre, plus le piratage de nos campagnes électorales par les services russe, plus tout le reste, cela fait beaucoup.

Que le rappel de notre ambassadeur à Minsk soit un avertissement sérieux.

Richard Yung

Image par Дмитрий Осипенко de Pixabay

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →