15 juillet 2024

Immigration : « let sleeping dogs lie »

La Première ministre a annoncé hier le report du débat parlementaire sur l’immigration. Voilà une décision de sagesse. Après la tension créée dans le pays par la règle des 64 ans, le durcissement des conditions d’entrée en France et d’asile n’aurait fait qu’envenimer la situation.

C’est un fait que l’immigration, y compris illégale, augmente non seulement en France mais dans tous les pays européens. Il y a une bonne raison à cela : le besoin de main d’œuvre. Les entreprises, y compris les entreprises publiques, embauchent donc toutes celles et tous ceux qui leur permettent de mieux fonctionner et de satisfaire leur clientèle sans trop s’attarder sur leur situation juridique. Cela ne va que se développer avec la reprise économique. L’Allemagne a une attitude beaucoup plus pratique : elle accueille celles et ceux dont elle pense avoir besoin et permet d’accéder au titre de séjour voir à la nationalité allemande. Elle reconnaît les diplômes étrangers et envisage un système à points pour les domaines où elle est en demande.

La France continue, elle, de penser qu’il faut réduire le flux d’immigration même si les 25 dernières années ont montré combien tous ces efforts étaient non seulement vains mais aussi contraires à nos valeurs humanistes. 9% seulement des 143 000 mesures d’expulsion prononcées sont exécutées, et la plupart des pays concernés refusent de donner à leurs ressortissants une autorisation d’entrée sur leur territoire. Nous avons essayé de faire pression sur le gouvernement algérien en réduisant de moitié le nombre de visas ; cela n’a fait qu’ouvrir une crise grave dont nous ne sommes sortis qu’en cédant. La majorité de droite du Sénat est revenue sur un de ses dadas : la limitation voire la suppression de l’aide médicale d’urgence : quel progrès !

Il y a néanmoins quelques points à retenir dans le projet de Darmanin : la simplification du contentieux des étrangers et des délais plus courts pour l’instruction des demandes de droit d’asile, une coordination dans l’application de la réglementation par les préfectures. Mais tout cela ne résout rien, ni pour l’activité de Frontex, ni pour un plus grand contrôle des flux. Cette énième loi sera aussi inefficace et provocatrice que les précédentes.

Un proverbe anglais dit “ ne dérangez pas les chiens qui dorment “ : voilà la sagesse.

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *