5 octobre 2022

Place du colonel Fabien (Roussel)

 C’est vrai qu’il a l’air sympathique le candidat du PCF : souriant, ouvert au dialogue, heureux, selon sa propre expression. On est loin de la Loubianka et de la Sibérie. Il nous parle même saucisson, viande et vin rouge.

Les choses se gâtent quand on lit son programme (rassurez-vous, il en existe une version en 6 pages) : 180 propositions. Deux, en particulier, accrochent l’oeil :

Sortir la France de l’OTAN : certainement une idée qui ne lui est venue toute seule, mais qui ne sera pas commode à organiser avec notre participation à l’Union européenne. La France serait ainsi le seul pays, avec la Suisse, à ne pas être dans l’OTAN. Peut-être a – t – il en tête la participation à une autre organisation de défense – mais avec qui ?

Justement il y a une autre bonne idée : renégocier les traités européens en organisant un référendum sur la question. Ce que cela veut dire n’est pas très clair : sur quoi porterait la négociation, que proposerait la France et comment arriver à un accord unanime ? Peut-être notre Fabien a – t – il peur de parler de sortie de l’Union, une sorte FREXIT dont il se féliciterait, vieille idée du PC !

Eh oui, derrière le candidat new look du PCF, on retrouve les positions classiques du PCF de Georges Marchais et de la place du colonel Fabien, y compris son hostilité à ses collègues Jean Luc Mélenchon pourtant souverainiste comme lui, et Jadot, écolo bobo. Tout cela n’est pas très grave même s’il ne faut pas s’y laisser prendre : il a réussi à passer de 2% à 3,5 voire 4 % d’intentions de vote, et parviendra sans doute à tangenter les 5% (remboursement des frais de campagne).

Mais ce sera sans effet pour le succès éventuel de la gauche dont le PCF ne veut pas.

©CC BY -SA 4.0

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.