24 mai 2022

« l’Ouest plutôt que l’Est »

  ( …Peter Marki-Zay, chef de l’opposition hongroise)

 Viktor Orban, le premier ministre hongrois et Vladimir Poutine sont potes. Cela remonte à loin, à l’époque où le premier militait au parti communiste. Pourtant les Hongrois ont été, eux aussi, envahis par les tanks russes en 1956 et mis au pas : ils devraient donc comprendre ce que vivent leurs frères ukrainiens. Mais tant de choses rapprochent ces deux coquins : le souverainisme, le nationalisme, l’autoritarisme et la mainmise sur l’appareil d’Etat et sur les médias, la persécution des mouvements LGBT, la corruption aux niveaux élevés de l’Etat, et surtout, une vision anti-européenne complète. Ainsi le FIDESZ, le parti d’extrême-droite d’Orban, est contre l’euro, contre la législation européenne, contre l’OTAN ….

Ceci est surprenant de la part d’un pays qui est devenu membre de l’Union européenne en 2004 et qui est aussi membre de l’OTAN. Cela participe du pas de deux que danse le gros Orban entre Bruxelles et Moscou : d’un côté il est condamné par le Cour de justice européenne à appliquer les décisions de l’Union, et ses participations aux divers fonds de financement européens ont été suspendus; de l’autre, il dit appliquer les sanctions décidées par l’Union et condamner l’invasion de l’Ukraine. Mais cela ne lui fait pas modérer son discours anti-immigrés, les relents d’antisémitisme, son tropisme pro russe.

Que faire ? Nous ne voudrions pas que la Hongrie quitte l’Union : ce serait l’affaiblir et mettre ce pays en danger. Mais il faut bien dire à Orban qu’il cesse son double jeu. Nous pourrions imaginer un statut de pays “suspendu” qui n’aurait plus accès aux politiques communes et aux financements communautaires, tant qu’il n’appliquerait pas le droit européen et qu’il resterait en dehors des règles essentielles de la démocratie.

Il n’est pas envisageable qu’Orban continue de participer aux réunions des chefs d’Etat européens s’il est réélu le 2 avril prochain !

Kremlin.ru,© BY 4.0 creative Commons.org

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.