5 octobre 2022

Ukraine, pleure, mon pays bien-aimé !

 Nous souffrons chaque jour des destructions et des morts dus à l’agression de la Russie en Ukraine. Malheureusement, il est à craindre que Poutine en fasse encore plus, n’arrivant pas à faire plier le peuple ukrainien. Saluons son courage, celui de son président, du maire de Kiev qui appellent à la résistance, avec succès jusqu’à maintenant. Pas de Pétain, pas de Laval chez eux n’en déplaise à Zemmour.

 Nous devons nous engager à aider l’Ukraine et son vaillant peuple sous les différentes formes possibles : l’accueil, l’asile, la santé, l’éducation et bien sûr le financement. Je suggère que le pilotage de toutes les aides soit confié à l’Union européenne pour éviter les doublons et les rivalités.

 Une des conséquences non prévues de cet acte odieux est que l’unité européenne s’est renforcée. Isolé dans son Kremlin, entouré de quelques courtisans qui lui baisent la babouche, il n’avait pas anticipé que l’Union s’engage militairement, du moins en fournissant des armes et ce qui est nécessaire aux combattants (carburant, médicaments, etc). Fin d’un tabou qui nous empêchait d’agir militairement. L’Allemagne a revu la politique de non-engagement qu’elle suivait depuis la fin de la Guerre et va moderniser considérablement son armée de terre. Le président ukrainien a réaffirmé sa volonté d’adhérer à l’Union européenne et cette idée a été reprise par plusieurs responsables.

Si je la comprends, je dois dire que je serais prudent en la matière, non pas parce que ce serait une provocation jetée à la face de Poutine, mais parce qu’elle implique que les pays membres de l’UE se portent au secours de leur “frère” envahi – ce que nous ne sommes pas en mesure de faire.

Même la Suisse, si farouchement neutre, a décidé d’appliquer l’ensemble des sanctions économiques et financières de l’Union, ce qui doit soucier nos mafieux oligarques au pouvoir à Moscou. Les interdictions bancaires, d’usage du dollar, d’accès à SWIFT doivent être saluées. J’y ajouterai pour ma part l’interdiction d’utiliser l’euro pour quelques transactions que ce soit. La Suède, la Finlande traditionnellement neutres aussi, suivent la Suisse. Soulignons l’importance de ces mesures qui frapperont la Russie et, malheureusement, sa population.  Je ne sais s’il s’agit d’une guerre économique totale mais cela y ressemble bien.

En tout cas, le Président Macron a déployé des efforts considérables pour maintenir la paix. Pour tous c’est une occasion de renforcer notre unité nationale.       

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.