24 mai 2022

Butcher, boucher, Butcha (Joe Biden)

       Lorsqu’il a qualifié Poutine de boucher, j’ai pensé, comme beaucoup, que le Président des Etats-Unis s’exprimait de manière inappropriée et ne faisait que jeter de l’huile sur le feu par ses injures “trumpiennes”. Après les découvertes des massacres de civils près de Kiev et celles qui malheureusement vont venir, je dois dire que Joe Biden avait raison. Si ces crimes de guerre, voire ces génocides sont avérés, alors il n’y a plus de dialogue possible avec Poutine et sa clique : ils se rapprochent chaque jour davantage d’Hitler et du nazisme.

         Dans ces conditions, l’approche prudente de l’OTAN, de l’Union et de la France sont difficiles à justifier. Sans entrer directement dans le conflit armé, il nous faut fournir à l’armée ukrainienne les armes dont elle a besoin pour battre l’armée russe : elle a montré qu’elle en était capable. La politique timorée de la France en la matière n’est plus de mise, de même que les tentatives louables du Président Macron de dialoguer avec Poutine ne sont plus de mise. Churchill et de Gaulle, puis Staline et Roosevelt n’ont jamais pensé une seconde dialoguer ou négocier avec Hitler; leur ligne a toujours été : « capitulation générale sans conditions”. Sans aller jusque-là, il nous faut montrer maintenant les dents, être ferme sur l’embargo énergétique et alimentaire, quoiqu’il en coûte, et sur les sanctions financières. Certes le peuple russe sera le premier à en souffrir mais c’est la voie pour éliminer Poutine et pour ramener la paix en Europe.

© Rodrigo Abd/AP/DPA

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.