5 octobre 2022

De quoi demain sera fait ?

              Je ne prétends pas apporter d’analyses vraiment originales sur ce premier tour de l’élection présidentielle. Le résultat était attendu même si la dernière semaine a été tendue pour Macron. Progression des deux candidats arrivés en tête par rapport à 2017, écart significatif entre eux, bon score de Mélenchon, mais des voix perdues, mise à l’écart de Zemmour et écrasement des deux grands partis LR et PS : voilà l’essentiel.

Pensons au second tour : quid des reports de voix ? De façon plus subtile qu’en 2017, Mélenchon n’appelle pas à voter Macron, laissant le choix (si tel est le cas) entre Macron, abstention, vote blanc. On peut supposer qu’un de ses électeurs sur 4 votera Macron, un sur 5 ira chez Le Pen et le reste (abstention et blanc) fera le jeu indirect de l’extrême-droite. Tout cela ne fera pas 50%. Pour Macron, c’est la même chose : avec les voix PS et écologistes, une partie des LR, on arrive à 40%. Ce seront donc les abstentionnistes qui feront le jeu.

      Il faut aussi penser aux législatives de juin. La grande chance de Macron est que Mélenchon est incapable de réunir la gauche autour de lui et de ses idées, et que la droite traditionnelle va se fracturer. Il y a donc des chances sérieuses d’une majorité législative autour d’En Marche.

    Et après ? Le débat entre les deux conceptions de la société que représentent Macron et Le Pen, tellement opposées, va continuer et organiser la vie politique. Le PS qui s’est fourvoyé dans une critique permanente et acerbe de Macron, rejoint souvent par LR, sera obligé d’éclaircir ses choix et, je l’espère, de rejoindre un grand parti du centre avec une partie des écologistes : ce serait une belle sortie par le haut. En même temps, il nous faut un parti de la droite traditionnelle, orléaniste et bonapartiste, qui exprime une partie de l’opinion française. Et j’espère que les idées nationalistes, sécuritaires, antidémocratiques de Le Pen, son flirt avancé avec Poutine, finiront par la renvoyer à La Trinité.

PS (qui n’a rien à voir) : si vous passez par la Touraine, visitez l’Arboretum de Veigné (au sud de Tours), nombreux arbres et plantes rares, œuvres originales de land art, un excellent guide (www.arboreumveigné.hautefort.com)

©Fotolia.com

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.