15 juillet 2024

Ce sont les vrais héros de notre temps

  Vous n’aurez probablement pas remarqué, mais hier matin Charles Caudrelier a coupé la ligne d’arrivée de la Arkea Ultim Challenge, course autour du monde sans escale (sauf nécessité) par les trois caps : Bonne Espérance, Leeuwin, Horn. Soit 40 000 kms en 50 jours, en solitaire, sur des maxi trimarans de 30 m de long et 25 m de large, munis de foilers, dérives qui soulèvent la coque du bateau à partir d’une certaine vitesse et la libèrent de la résistance de l’eau. Son bateau, Maxi Edmond de Rothschild, sponsorisé par la banque Rothschild, a ainsi « volé » à près de 30 nœuds de moyenne.

Manoeuvrer de tels engins est tout simplement extraordinaire tant les dimensions de tout (voiles, drisses, bouts) sont géantes. La moindre manœuvre, même simple, doit être anticipée et préparée une ou deux heures à l’avance. Ce n’est pas tant un problème de force physique (encore que) mais de réflexion et d’expérience de la mer. Caudrelier a mené sa course avec sagesse, attendant deux jours avant de doubler le Horn où sévissaient deux tempêtes en opposition (une du Pacifique, l’autre de l’Atlantique) puis remontant l’Atlantique avec prudence. Il est suivi par deux autres grands navigateurs : Thomas Coville et Armel le Cléac’h. Hommage à eux et aux quatre autres encore en mer.

Évidemment on n’en parle quasiment pas : pas un mot à la télévision, quelques lignes dans “Le Monde”. C’est bien mieux de parler de telle ou telle influenceuse, chanteur, people qui défrayent la chronique par leur vulgarité et leur bêtise.  Ainsi va le monde d’aujourd’hui et chapeau bas devant nos marins.

© CC BY-SA 4.0

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *