20 juin 2024

Attal et Bardella

   Je dois dire que j’avais un peu de prévention contre Gabriel Attal : un côté gandin, peu d’expérience, socialiste devenu macroniste de droite. Le débat d’hier soir sur la 2 l’a levé. Il a parlé clairement, sans note, maîtrisant les sujets. Il ne s’en est pas fait compter par un Bardella agressif qui essayait de l’interrompre à tout propos. Il a parlé d’Europe, contrairement à son opposant qui ne parlait que souverainisme français.

Ce n’est pas une nouveauté que le Rassemblement National raconte des bêtises dans tous les domaines : préférence nationale pour les marchés publics en France, droits de douane tous azimuts, blocage des importations agricoles venant de l’extérieur de l’Union, double frontière pour les migrants avec contrôle de tous les entrants sur le territoire national (good luck à la frontière suisse), filtrage des demandes dans les consulats des pays de départ (totalement inefficace car déjà en place sans succès), regards de Chimène vers Poutine même si l’amoureux n’ose pas déclarer trop sa flamme. Bardella est le triste continuateur de Marine Le Pen dans l’à peu près, le faux, le mensonge. Lui-même a trois grands parents étrangers qui n’auraient donc pu entrer en France…

Mais il nous faut aussi comprendre et répondre à certains de ses arguments que reprend une partie de l’opinion publique : immigration qui nous envahit alors que nous avons de grands besoins de main d’œuvre, produits étrangers idem alors que nous exportons non seulement dans l’Union (la moitié) mais aussi dans le monde entier, perte de la souveraineté nationale (voir le Brexit). Certes il nous faut nous protéger des importations chinoises subventionnées (cela s’appelait dans le temps du dumping) et de certains produits américains, mais il faut le faire de façon sélective et ciblée.

Ce qui nous faut, encore une fois, c’est davantage d’Europe. J’espère que les élections européennes de juin en seront l’occasion.

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *