7 décembre 2021

Quand la RDC rit jaune !

La République Démocratique du Congo, dont le président est aujourd’hui Felix Tshisekedi, a signé en 2008 un accord de troc avec la Chine « minerais contre infrastructures » pour un montant de 9 milliards de dollars, la partie minerai représentant 3 milliards et la partie investissements 9 milliards ramenée à 6 milliards par décision du Conseil d’administration de la société SICOMINES qui gère l’ensemble, mais où les Chinois sont majoritaires.

Le président congolais était à l’époque Joseph Kabila, d’assez triste mémoire, et on comprend que Felix Tshisekedi ait demandé un audit de toute l’affaire.

Je signale l’affaire car elle est symbolique de la manière de procéder des Chinois qui cherchent en Afrique, et ailleurs, des matières premières pour nourrir « l’usine du monde ». Ils se servent en premier, puis font la fine bouche pour remplir leurs obligations d’investissement ou les réalisent à bon marché (qualité des produits utilisés, délais non respectés …). Demandez à nos amis algériens ce qu’ils pensent des autoroutes (Oran, Alger, Constantine) construites par la Chine qui s’effritent, voire qui s’effondrent après quelques années.

Dans le cas qui nous occupe, la partie minière a été réalisée à 80% alors que les infrastructures que devaient réaliser la Chine sont, 13 ans après la signature de l’accord, réalisées à 27%. Et il est clair qu’elle ne fera pas beaucoup plus. Il est vrai que l’incurie, la corruption et l’inefficacité des Congolais ne facilitent pas les choses. En attendant, ils rient jaune !

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →