24 mai 2022

« Le juif de service » (Jadot)

 Yannick Jadot a certainement eu tort d’utiliser cette expression en parlant d’Eric Zemmour. Elle justifie une forme d’anti sémitisme pernicieux : parce qu’il est lui-même juif d’Afrique du Nord, il pourrait se permettre de défendre des thèses antisémites sans être suspect ! Il dit donc des choses que d’autres pensent mais ne peuvent dire. Un procédé de dialectique bien connu.

Mais cela n’empêche qu’il y a quelque chose de vrai dans le propos de Jadot affirmant que Zemmour est le paravent commode de l’antisémitisme. Il n’a cessé de vouloir réhabiliter Pétain, sauveur des juifs français en échange des étrangers. C’est la théorie du bouclier : “je fais don de ma personne à la France” et celle du partage de responsabilité entre de Gaulle et lui. Inepties bien sûr que tout cela, mais dans un paquet-cadeau comprenant aussi la responsabilité de Dreyfus, le rôle de Papon (et d’autres), bien plus haineux que les propos discutables de Le Pen.  Zemmour sert de porte-parole à toutes les chapelles antisémites et racistes d’extrême droite et d’extrême gauche. Il s’est même élargi vers le centre et la droite classique – avec la reprise du “grand remplacement” par Valérie Pécresse dimanche dernier. Bonne occasion pour l’exclure du dîner du CRIF comme Le Pen, Mélenchon et Zemmour.

Que la campagne présidentielle se développe sur ces thèmes est une honte pour nous. J’espère que l’entrée en campagne d’Emmanuel Macron permettra de traiter les questions sérieuses : le pouvoir d’achat, les retraites, la politique de santé, la construction européenne, la paix en Europe centrale et au Moyen-Orient.

© CC BY-SA 4.0

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.