20 juin 2024

Mon coeur saigne

Oui il saigne quand je vois ce qui se passe en Israël. Il saigne car j’ai aimé cette terre si riche en Histoire et qui a donné au monde le christianisme et le judaïsme. Je trouvais extraordinaire l’aventure des Pères fondateurs qui ont créé un Etat moderne et démocratique et permis à ce peuple chassé depuis 2000 ans de trouver un lieu pour vivre. J’ai eu la chance de rencontrer David Ben Gourion, en retraite dans son kibboutz du Néguev. Un grand moment. J’ai travaillé en 1967dans les kibboutz du Nord, sur la frontière syrienne, sous la menace. Pour moi c’était à la fois vivre le socialisme et aider le faible à se protéger. C’était soutenir une vraie démocratie avec une Constitution forte, des partis politiques, une justice indépendante. 

 Bien sûr, à l’époque, nous faisions passer en priorité l’existence et la défense d’Israël sur la spoliation et la répression des Arabes de Cisjordanie avec deux arguments : le droit à l’existence d’Israël et les menaces des pays arabes.

Puis progressivement les choses ont évolué mais dans le mauvais sens. D’abord les pays arabes quoique très bavards ont abandonné petit à petit la défense de la Palestine.  A tel point qu’aujourd’hui ils sont de proches alliés d’Israël. Les Etats-Unis, pour leur part, l‘ont toujours soutenu bec et ongles : sans leur accord rien ne pourra se faire. L’OLP a été chassée, en Tunisie d’abord, puis dispersée. L’Autorité Palestinienne, gangrenée par la corruption et l’inefficacité, ne sert à rien.

Sans entrer dans le débat sur les solutions diplomatiques possibles, l’évolution politique récente en Israël est un drame :  les forces de gauche ont disparu, les syndicats de défense des travailleurs aussi, l’extrême-droite triomphe et gagne les élections à la Knesset. Nous avons un Premier ministre poursuivi par la justice pour différentes prévarications. Pour se protéger, il propose une “ réforme” (en fait un sabotage) de la justice qui permettrait au pouvoir politique d’annuler ou de revenir sur des décisions de la Cour suprême. Même Trump n’avait pas osé le faire. Pour ces desseins honteux, il s’appuie sur les partis dits religieux, en fait fascistes et racistes, dont Bezazel Smotrich et Ben Gvir sont les chefs et devenus ministres. Le premier le revendique haut et clair : “ je suis un fasciste, homophobe, raciste”. Son idéal, comme celui des plus extrémistes des Wahabites, est de revenir à une vie comme celle qui est décrite dans la Bible. Un Etat théocratique : on se promènerait  d’oasis en oasis, à dos de chameau en mangeant des dattes et du lait caillé. Surtout les rabbins prendraient le pouvoir, ce qui faciliterait les divorces puisque les femmes ne peuvent être entendues. Sur le plan politique il souhaite soit chasser tous les Arabes de Cisjordanie soit les exterminer.

Voilà ! La boucle est bouclée : victimes du pire génocide par la Shoah, les Juifs (ou du moins certains) seraient à leur tour chargés de l’élimination du peuple palestinien.

 Il y a heureusement un fort mouvement de résistance, en particulier dans les troupes d’élite de l’armée (pilotes, commandos, Mossad) qui sont en centre du pouvoir et qui manifestent leur opposition.

Au secours ! L’Europe qui a pour vocation de défendre les valeurs humanistes et la paix doit faire quelque chose.

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *