29 mai 2024

Pour les haies

J’aurais sans doute dû vous parler du Haut Karabagh et des 100 000 Arméniens qui l’ont fui. Une tragédie de plus pour ce peuple qui a déjà connu le génocide turc de 1920 !  Mais outre que l’on a du mal à comprendre l’histoire de ce petit territoire chrétien enclavé   dans l’Azerbaïdjan musulman, il est clair que, comme d’habitude, nous ne ferons rien pour le sauver à part quelques belles déclarations morales.

C’est pourquoi aujourd’hui je vous parlerai plutôt de …haies. Oui, celles de nos champs, de nos prairies, de nos bocages. Il y en a de toutes sortes :  petites, bordant un ruisseau, arborées…. mais elles sont toutes utiles, essentielles même. Elles retiennent l’eau, elles stockent le carbone, elles coupent le vent et le froid ; elles protègent les oiseaux, les mammifères, servent d’habitat à tous les insectes. Leur taille produit de grandes quantités de déchets qui sont autant de biomasse.

Malheureusement, dès le lendemain de la guerre, nous avons procédé au remembrement des parcelles agricoles de manière à agrandir la superficie des exploitations et à permettre la mécanisation et donc l’amélioration des rendements. 1,4 million de km de haies a ainsi disparu et il n’en reste que 750 000. C’est pourquoi le gouvernement vient de lancer un plan “haies” visant à en replanter 50 000 km dans les prochaines années.

On ne peut que s’en réjouir ensemble avec les saules, les peupliers, les cyprès, les hêtres, les thuyas, mais aussi les taupes, blaireaux, papillons, abeilles…. Que la fête commence !

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *