23 avril 2024

référendum : oui ou non ?

 Dans son récent discours devant le Conseil Constitutionnel, le Président Macron a proposé une révision de la Constitution qui porterait sur l’élargissement du champ de l’article 11 et sur l’assouplissement des conditions de mise en œuvre du référendum d’initiative populaire. Il envisage d’autres modifications constitutionnelles : le statut d’autonomie de la Corse, le corps électoral de la Nouvelle Calédonie, l’inscription de l’IVG. Ces mesures sont raisonnables, et nécessaires pour faire évoluer notre société.

Plusieurs commentateurs ont souligné que rendre le référendum d’initiative populaire plus facile à mettre en œuvre ouvrirait aux populistes de tout poil la possibilité de proposer des mesures non démocratiques. Ce n’est pas par hasard que les plus zélés à le demander ont été les gilets jaunes, ceux-là même qui ont brisé la statue de la République à l’Arc de Triomphe, ainsi que les différentes tribus Le Pen d’extrême-droite. Je partage ce sentiment.  Soumettre la politique d’immigration à un vote serait la meilleure manière de faire gagner les thèses de Marine Le Pen.  Les pays qui appliquent ce type de votation comme la Suisse ont des politiques très hostiles à l’immigration (sauf pour les serveurs et infirmières français qu’on oublie d’ailleurs de déclarer).

L’élargissement du champ de l’article 11 peut par contre permettre de traiter des sujets de société importants comme la fin de vie ou les retraites.

Reste le plus difficile : trouver un consensus dans un pays où depuis la Révolution de 1789 la tradition est l’affrontement. Je doute que les dirigeants des partis politiques qui vivent de leur fonds de commerce propre y arrivent. De plus, comme on le sait, en France le référendum est un plébiscite : on votera pour ou contre Macron, et en ce moment plutôt contre. Macron qui le sait a placé un piège sous les pieds de ses adversaires (et parfois même amis).

©CC BY 3.0

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *