2 mars 2024

Pas de regrets pour Le Graët !

Je ne connais pas le football, ni la Fédération Française de ce jeu, ni encore moins son ex Président Le Graët qui vient de démissionner. Je  regarde de l’extérieur la triste comédie qui se déroule sous nos yeux à grand renfort de médias.

C’est une particularité française : on ne s’en va pas, du moins spontanément. Il faut vraiment un scandale considérable pour qu’on réussisse à vous pousser vers la sortie. Dans la plupart des pays que je connais, un ministre qui est battu ou qui a commis une grosse bévue démissionne immédiatement. Un chef d’entreprise qui a perdu de grands marchés ou de grandes sommes quitte son poste. En France rien de tout cela : on s’accroche jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible de rester. Ainsi de Noël Le Graët, 81 ans tout de même, dénoncé pour ses comportements sexistes, son mauvais management, son alcoolisme régulier, et qui veut faire “annuler “ l’audit de l’Inspection générale qui dénonce ses errements (on ne sait pas très bien ce que cela veut dire). Il veut aussi poursuivre la ministre des Sports pour calomnie. Mais là non plus on ne sait pas de quoi il parle.

Le plus beau, c’est que le président de la Fédération Internationale de football, le bien nommé Infantino, le nomme dans la foulée représentant de celle-ci pour la France, avec un beau bureau à l’Hôtel de la Marine (propriété du Qatar) sur la place de la Concorde . On ne sait pas quels seront ses émoluments, mais on peut gager qu’ils seront supérieurs à la retraite moyenne des Français.

Tout cela laisse deviner des réseaux de complicité, de connivence, de corruption, que favorisent les sommes énormes et non justifiées que génère le football. Cela devrait également servir de leçon pour toutes celles et tous ceux qui commettent des actes répréhensibles, qui sont dénoncés et devraient, pour leur honneur et pour celui de leur pays, s’en aller le plus vite possible.

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *