20 juin 2024

Michel Rocard et l’Harmonie municipale

Deux choses qui n’ont vraiment rien en commun sauf qu’elles viennent de marquer ma vie ces derniers jours.

D’abord Rocard : un colloque de haute volée dans les locaux prestigieux de l’Ecole Normale Supérieure rue d’Ulm, où nous sommes accueillis par Frederic Worms son directeur. Plusieurs séquences : “Michel Rocard, chef de parti “, “Mendès, Rocard, Delors”, “une grande politique ne peut être conduite qu’en référence à une morale”, et de nombreux témoins universitaires ou anciens collaborateurs de Rocard.

J’en retiens deux idées :

  • pour Michel Rocard, l’objectif ultime, le plus noble était d’être le chef du PS et non d’être Président comme je l’avais toujours cru. Les partis politiques étaient pour lui la forme achevée de l’action et de la pensée, contrairement à ce que pouvaient penser François Mitterrand et Emmanuel Macron. Un héritage des scouts protestants, d’étudiant socialiste et du dirigeant du PSU, marquant un grand intérêt pour le travail collectif et pour le débat. Il a du reste été, pour ces raisons, un grand Premier ministre ;
  • son goût pour les questions internationales et pas seulement pour avoir été un député européen et un président exceptionnel  de la Commission du développement du Parlement européen. Lors des réunions de l’Internationale socialiste, il était comme un poisson dans l’eau et connaissait tout le monde. Il admirait par-dessus tout la social-démocratie allemande et scandinave. Sa vocation eût été d’être le successeur de Willy Brandt à la tête de l’IS.

Revenu le soir même dans ma Touraine, nous avons le plaisir d’écouter notre Harmonie municipale (de Noizay) donner son concert de la Sainte Cécile. Une bien belle formation de cuivres et de percussions avec une quarantaine de musiciens sous la baguette de deux chefs de notre village. Ils jouent en particulier “ les villageoises” de Francis Poulenc qui résidait la moitié de l’année sur la commune, à 100 mètres de chez moi. Voilà la France réelle qui vit et crée du plaisir qui nous rend fiers.

Deux moments exceptionnels pour moi

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *