2 mars 2024

Macky Sall : dictature soft ?

 Le Sénégal est presque mon pays natal puisque j’y ai passé mes années de 3 à 6 ans ; mon père, ingénieur, s’occupait de l’aménagement hydraulique du fleuve à Dagana.

 Pays modèle par son niveau d’éducation, ses fortes traditions historiques et religieuses et sa pratique de la démocratie, pays que nous admirons tous.

Et voilà que le Président Macky Sall, qui a fait deux mandats (12 ans) et ne peut en faire un troisième, annule la tenue de l’élection présidentielle prévue pour 23 février sur un prétexte pour le moins discutable (conflit entre le Conseil constitutionnel et l’Assemblée nationale).

La vérité est que son candidat, Amadou Bâ, était donné perdant contre celui de l’opposition, Bassirou Diomaye Faye, proche de Ousmane Sonko. La manœuvre, assez complexe, vise à permettre la candidature de Karim Wade, fils de l’ancien président Abdoulaye Wade qui, lui, pourrait l’emporter. Autre possibilité, le report ad vitam aeternam du mandat de Macky Sall, d’abord pour un troisième mandat.

Le poids des confréries religieuses est important : les Mourides dirigés par Sérigné Mountakha Mbacké, descendant d’Amadou Bamba, très riches producteurs d’arachide de la région de Touba, leur ville sainte ; et les Tidianes de Tivaouane, autre branche soufie très influente.

La France n’est guère concernée par ce conflit même si elle a demandé un retour rapide à l’ordre constitutionnel. Pourtant elle doit suivre la situation de près, car Ousmane Songo est très anti français, homophobe, et favorable à la peine de mort. C’est un populiste et un extrémiste. Or nous sommes dans une phase difficile avec le retrait de nos forces dans les pays qui viennent de faire l’objet de coups d’Etat de caporaux (Mali, Burkina, Niger, Gabon, Guinée), avec l’action permanente de la Russie et de ses affidés.

 Espérons une sortie de ce qui ressemble à un coup d’Etat et une atteinte à la démocratie.

CC-BY-SA-2.0

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *