29 mai 2024

« Si vous cherchez la fidélité, achetez-vous un chien ! »(Winston Churchill)

 Voilà un mot que Macron et Borne auraient dû méditer avant de se lancer dans cette abominable histoire de loi sur la retraite. Incompréhensible, changeant tous les matins, inutile, quel gâchis ! Et devoir compter sur les voix de LR pour la faire passer ! On voit le résultat.

Les chefs LR ont bien tendu leur piège : Larcher, Ciotti, Marleix ont poussé au vote à l’Assemblée nationale, sachant bien qu’ils ne feraient pas le plein de voix dans leur groupe et qu’à la fin le recours au 49.3 serait absolument nécessaire.

Déjà le comportement scandaleux d’une partie des députés, essentiellement LFI, aurait dû alerter le gouvernement. Le piège s’est refermé sur lui, et il doit maintenant faire face à toutes les conséquences : texte de loi confus et plein de contradictions, coût financier qui en limite les objectifs, montée des extrémismes, perte de confiance dans l’action politique et dans l’action du Président. Maintenant nous allons voir ceux qui veulent faire parler d’eux faire monter les enchères pour le vote des motions de confiance (ou de défiance).

Inexistence de “Renaissance”, absence de ligne pour ce second septennat, division sérieuse de LR : nous sommes devant un champ de ruines dont il ne reste que les deux extrêmes, RN et LFI. Nous risquons d’avoir le choix entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon pour la prochaine présidentielle.

Méfiez-vous de ceux qui se disent vos amis : l’amitié et la fidélité, cela n’existe pas en politique.

Richard Yung

Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger de 2004 à 2021, partage ici ses réactions à l'actualité.

Voir tous les articles de Richard Yung →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *